Paroles de soignants: Travailler en soins palliatifs, c’est travailler en équipe.

Travailler en soins palliatifs, c’est travailler ensemble, ne jamais être seul. Le travail en équipe, la délibération, la place de chacun, la pluridisciplinarité … les soignants de la Maison Médicale Jeanne Garnier Paris en parlent, et en parlent bien! Et si l’esprit d’équipe, ca compte pour vous, rejoignez-nous !

 

« Au diapason des patients », Reportage M6

Claire Oppert violoncelliste et thérapeute
« L’art thérapie c’est prendre les pouvoirs magnifiques de l’art et les orienter vers le soin. »
Claire Oppert, violoncelliste et thérapeute vient chaque semaine à la rencontre des personnes malades, hospitalisées au sein de la Maison Médicale Jeanne Garnier. Au chevet des patients qui le désirent, elle ouvre par le pouvoir de la musique, une fenêtre vers l’apaisement, les souvenirs, l’émotion… Le temps d’une suite de Bach, d’une chanson populaire, d’un morceau de jazz … elle vit le moment présent avec eux, et accompagne cette vie qu’on ne maîtrise pas.
Le lundi 5 avril 2021, le Journal télévisé de M6 a suivi Claire Oppert dans sa rencontre des patients de la Maison Médicale Jeanne Garnier
Découvrez ici le reportage en Replay

 

Partie intégrante de l’équipe médicale, Claire échange longuement avec elle pour ajuster sa présence aux besoins de chaque patient rencontré. De l’avis même des soignants, les effets apaisants de son intervention  sont notables, et, pour certains patients, le recours à la musique vivante constitue un moyen non-médicamenteux de soulager la douleur.

La musique occupait une place importante dans la famille de Claire Oppert. Sa mère était danseuse, son père médecin généraliste et pianiste. A 8 ans, elle a un véritable coup de foudre pour le violoncelle – Plus tard, après une licence de philosophie, elle part en Russie et revient diplômée du conservatoire de Moscou.
Art thérapeute, elle a travaillé auprès de jeunes autiste. Elle intervient dans les Ehpad. Un jour elle croise  une patiente très agitée à qui on doit refaire le pansement. Claire interprète un extrait d’un trio de Schubert. La patiente se détend. L’infirmière lance alors « Il faudra absolument revenir pour le pansement Schubert ». Depuis, en jouant pour des malades en soins palliatifs, Claire a pu mesurer les effets bénéfiques: objectivement, on a ainsi montré que la présence de la musique vivante pendant un soin douloureux diminue la douleur de 10% à 50%, et l’anxiété. On a montré aussi que la musique vivante avait un effet bénéfique sur les équipes soignantes… à 100% !

 

La socio-esthétique: une autre forme de soins

 “La beauté n’est pas futile, elle aide à mieux vivre”. Grâce à un partenariat avec le CEW, réseau des professionnels de la beauté,  Ayako, socio-esthéticienne  est à la disposition des patients de la Maison Médicale Jeanne Garnier pour leur prodiguer bien-être et soins de beauté. 
CEW: esthétiques en soins palliatifsAyako, pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je suis japonaise, je vis à Paris depuis 8 ans. Anciennement hôtesse de l’air chez Japan Airlines. Je me suis reconvertie dans la socio-esthétique.

…et présenter Les centres de Beauté du CEW?

Cette association existe depuis 30 ans, 35 Socio-esthéticiennes prodiguent des soins offerts auprès de 27 000 patients en France. Notre mission est d’apporter le confort et redonner le sourire aux patients. Les soins sont offerts afin que tout le monde, hommes et femmes, puisse bénéficier de ces moments de bien-être.

En quoi consiste votre travail très concrètement ?

Mon travail consiste essentiellement à apporter de la douceur, du réconfort aux patients par les soins esthétiques car ils sont abîmés physiquement et moralement par des traitements lourds. L’objectif est d’aider et d’accompagner les patients pour mieux se battre contre la maladie

 
En quoi est–il différent à Jeanne Garnier que dans un autre cadre ?

C’est la qualité de mes relations avec le personnel car c’est indispensable de collaborer avec eux pour réaliser les meilleurs soins auprès des patients.

Qu’est ce qui vous a conduit à choisir d’exercer ton métier de Socio-esthéticienne dans un contexte si singulier?

Quand je travaillais dans un Spa parisien, j’ai eu l’occasion d’accueillir certains patients de l’Institut Gustave Roussy pour un programme «Mieux vivre le cancer». J’ai pu développer la sensibilité humaine et le bien-être que je pouvais apporter à ces personnes souffrantes. Cette expérience m’a donnée envie d’approfondir mes connaissances dans le domaine de la socio-esthétique. J’ai donc décidé de faire une formation spécialisée afin d’être diplômée et de travailler en milieu hospitalier.

Avez-vous un  souvenir d’un soin qui vous a particulièrement marquée ?

C’est difficile d’en choisir un ! Chaque soin me touche car il n’est pas rare que certains patients pleurent ou soient émus. Ils redécouvrent des sensations perdues par le toucher et par l’énergie qu’on apporte lors de ces soins.

CEW

L’art entre à l’hopital : 4 expositions à l’affiche

L’art, synonyme de vie, de créativité, de beauté a toute sa place à jeanne Garnier…. C’est pourquoi nos murs s’ouvrent aux artistes qui nous font voyager et réver… et offrent aux patients, aux soignants, et aux proches l’occasion d’un moment d’évasion.

Quatre artistes nous font actuellement profiter de leurs talents:

Marine de Villepin, Caroline Batsché, Jeanne de Guillebon et Alain Lemaire , chacun dans un registre différent se sont prétés au jeu et nous les en remercions.

Quatre  expositions à découvrir jusqu’au 31 mars 2021, au sein de la Maison Médicale

 

No images found.
ИТ новости